Quel commercial êtes-vous ?

Publié le Posted in Questionnaires

Etre un bon commercial ne s’improvise pas. 

Dans le questionnaire ci-dessous, vous allez pouvoir situer votre niveau de connaissances théoriques et pratiques des fondamentaux de la fonction commerciale, afin de vous entraîner pour vous améliorer ou vous maintenir au meilleur niveau. 

Pour toute demande relative à ce questionnaire,  cliquez ici

 

 

Je connais et maîtrise la méthode ACRRA pour répondre aux objections :
En cas de blocage, il faut parler des points d’accord :
Je me fixe des objectifs, avant d’aller chez le client :
A l’issue du traitement d’une objection, il faut mettre le client devant ses responsabilités :
Je sais quelles contreparties demander dans telle ou telle circonstance :
Si le client pose des questions de détail, c’est un feu vert pour conclure :
En cas de blocage, il faut parler des points de désaccord :
Je sais identifier les différentes motivations de mes clients :
Le prix doit être présenté en premier car ça permet de vite situer les choses :
Plus la vente est complexe, plus le rapport de force est en faveur du vendeur :
Je sais argumenter en CAB (Caractéristiques, Avantages, Bénéfices) :
J’ai fait la liste des différents points à négocier avec le client :
J’ai en tête les seuils de rupture en dessous desquels je ne descendrai pas :
Quand on présente une gamme de produits, il faut la présenter du moins cher au plus cher :
Je maîtrise mes annonces initiales et leurs justifications :
Je cherche à maîtriser non seulement la connaissance du produit mais encore la structure de l’échange :
J’enchaîne trois arguments à la suite pour couper l’herbe sous le pied aux objections de mon client :
Présenter l’offre, expliquer son intérêt et montrer en quoi elle est intéressante pour le client, c’est argumenter en :
Quand je prépare mes négociations commerciales, je cherche à identifier ce qui me différencie de la concurrence :
L’objection sincère et fondée repose sur des faits indiscutables :
Je connais les principales objections et la façon de les traiter :
Peu importe ce que vous pensez de votre produit, de toutes les façons, votre client ne le saura pas :
Quand je vais chez un client, je cherche à identifier mes alliés potentiels chez le client :
Je maîtrise la méthode du bilan pour conclure :
Je présente mes arguments un par un, en demandant systématiquement : qu’est-ce que vous en pensez?
Le plus important avec les clients, c’est de bien leur présenter l’offre pour qu’ils aient conscience de son intérêt :
J’ai une stratégie de questionnement complète et efficace :
Quand on présente une gamme de produits, il faut commencer par le milieu de gamme :
Un client avec des objections est souvent un client indifférent à votre offre :
J’ai identifié les concessions possibles de mon côté :
Je sais installer une relation de confiance propice à faire parler le client :
Si le client revient mollement sur une objection importante, je dois conclure :
Je sais argumenter en BAC (Bénéfices, Avantages, Caractéristiques) :
S’entraîner à écouter, c’est bien mais le plus important c’est de travailler ses dossiers :
Il ne faut pas perdre trop de temps à débroussailler la demande du client, de toutes les façons, la plupart du temps, il ne sait pas ce qu’il veut. c’est à vous de lui vendre une solution :
Je reformule la motivation de mon client, avant d’argumenter :
J’utilise des aides à la vente : exemples, illustrations, témoignages, supports :
Pour conclure, je mets le client en situation :
J’évite de donner trop la parole au client. Il pourrait en profiter pour formuler des objections :
Quand on fait face à des objections, il faut les discuter systématiquement :
Expliquer les bénéfices de notre proposition, en montrer l’avantage et présenter la solution, c’est argumenter en :
Je pratique des closings partiels (synthèses partielles) de façon régulière :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *